Maison d'Izieu, Mémorial des enfants juifs exterminés

70 route de Lambraz 01300 Izieu
Maison d'Izieu, Mémorial des enfants juifs exterminés
70 route de Lambraz 01300 Izieu
La Maison d’Izieu propose toute l'année des visites accompagnées de la maison par un médiateur, des ateliers-visite pour les enfants lors des vacances scolaires, la visite libre de l’exposition permanente enrichit de nouveaux contenus historique grâce au travail de son Centre de documentation et de recherche ainsi qu’une programmation culturelle permettant d’accueillir des artistes, auteurs et des débats-citoyens. La Maison d’Izieu vous invite à découvrir son exposition permanente sur l'histoire de la Shoah en France durant la Seconde guerre mondiale, la justice internationale et la construction de la mémoire.
À l’aide des nouvelles tables interactives, partez sur les traces du parcours des familles et des enfants de la colonie d’Izieu, des crimes contre l’humanité et visionnez des extraits du procès K. Barbie qui s’est tenu en 1987 et qui ancre définitivement la rafle d’Izieu dans le paysage mémoriel français.

VISITER LA MAISON ACCOMPAGNÉ PAR UN MÉDIATEUR
La maison est le lieu où vécurent les enfants et leurs éducateurs. Plutôt qu’une reconstitution, la muséographie privilégie une évocation de l’atmosphère de l’époque de la colonie et de leur présence disparue. La maison esquisse ainsi le quotidien de la vie de la colonie à travers les lettres, les dessins et le portrait des enfants.
Durée : 50 minutes de visite accompagné par un médiateur, sur réservation uniquement.
Conseillé à partir de 13 ans.

VISITER LIBREMENT L'EXPOSITION PERMANENTE
Débutant en 1940, l’exposition permanente présente au travers de nombreux documents d’archives et d’applications numériques l’histoire de la Shoah en France durant la Seconde Guerre mondiale, la naissance d’une justice internationale et son fonctionnement jusqu’à nos jours ainsi que la construction d’une mémoire des crimes contre l’humanité. Un espace dédié à la justice internationale, au rôle des procès notamment celui du Procès K. Barbie vous permet de découvrir de nombreux extraits vidéos.


UN LIEU D'HISTOIRE ET DE MÉMOIRE NATIONAL
La Maison d’Izieu, ouverte par Sabine et Miron Zlatin, accueille de mai 1943 à avril 1944 plus d’une centaine d’enfants juifs pour les soustraire aux persécutions antisémites. Au matin du 6 avril 1944, les 44 enfants et 7 éducateurs qui s’y trouvent sont raflés et déportés sur ordre de K. Barbie, un des responsables de la Gestapo de Lyon. À l’exception de deux adolescents et de Miron Zlatin fusillés à Reval (aujourd’hui Tallinn) en Estonie, le groupe est déporté à Auschwitz. Seule une adulte en revient, Léa Feldblum, tous les autres sont gazés dès leur arrivée.
Traqué et ramené en France par Beate et Serge Klarsfeld aidés de Fortunée Benguigui et Ita-Rosa Halaunbrenner, mères d’enfants raflés à Izieu, K. Barbie est présenté devant la justice française. Avec la mobilisation de nombreux témoins, il est jugé et condamné à Lyon en 1987 pour crime contre l’humanité.

Le « Musée-Mémorial des enfants d’Izieu » est inauguré le 24 avril 1994 par le Président François Mitterrand. En 2015, la Maison d’Izieu voit la création du bâtiment Sabine et Miron Zlatin, la refonte de son exposition permanente et le développement de nouveaux dispositifs numériques. Il est inauguré le 6 avril 2015 par le Président François Hollande. Au-delà d’un lieu de mémoire de la Shoah, la Maison d’Izieu entend contribuer à la défense de la dignité, des droits et de la justice, et à la lutte contre toutes les formes d’intolérance et de racisme.

VISITE SPECIALE FAMILLE DE LA MAISON D'IZIEU
Cette visite d’une durée de 50 minutes est accompagnée par un médiateur et accessible aux enfants dès 8 ans. Elle accompagne de manière ludique les enfants, adolescents et leurs accompagnateurs pour comprendre l’histoire de la Colonie d’Izieu, ce que fut la Shoah, avec un discours adapté à leur âge et à leur sensibilité.

La visite a pour fil conducteur le parcours de deux enfants de la Colonie : l’un fut déporté, Georgy Halpern, l’autre avait déjà quitté la Colonie au moment de la rafle, Samuel Pintel. Des documents d’archives, des témoignages vidéos – diffusés sur des tablettes tactiles prêtées aux visiteurs – ponctuent la visite et permettent d’en apprendre un peu plus sur le quotidien de la Colonie, notamment grâce au touchant récit de Samuel Pintel, aujourd’hui âgé de 84 ans.

En s’appuyant sur ces éléments, le médiateur questionne, échange avec le groupe et l’amène, d’une autre manière, à découvrir ou redécouvrir la maison et à entrer dans l’histoire de la Colonie.

Visite accompagnée en groupe constitué sur place (max. 20 personnes) et sur réservation.

Contact par mail

* Champs obligatoires